{
Chapitre 6

CHAPITRE VI. De quelques avis utiles pour acquérir la défiance de soi-même et la confiance en Dieu.


Puisque la force qui nous fait triompher de nos ennemis naît principalement de la défiance de nous-mêmes et de la confiance en Dieu, voici quelques avis qui vous aideront, avec le secours de la grâce, à acquérir ces vertus.

Apprenez donc et gravez profondément dans votre esprit cette vérité incontestable qu’il n’y a ni dons naturels ou acquis, ni grâces gratuites, ni connaissance si parfaite de la sainte Écriture, ni constance dans le service de Dieu, qui puisse nous faire accomplir sa sainte volonté si, dans les œuvres que nous entreprenons pour sa gloire, dans les tentations que nous avons à surmonter, dans les croix que la Providence nous envoie, notre cœur n’est aidé et élevé en quelque sorte au-dessus de lui-même par sa main tout-puissante.

Il faut donc que, durant toute notre vie, à chaque jour, à chaque heure, à chaque instant nous ayons cette vérité devant les yeux. De cette façon, jamais nous ne pourrons nous confier en nous-mêmes ; la pensée ne nous en viendra même pas. Pour ce qui regarde la confiance en Dieu, persuadez-vous bien qu’il renverse nos ennemis avec une égale facilité, qu’ils soient nombreux ou en petit nombre, qu’ils soient forts ou faibles, aguerris ou inexpérimentés.

Qu’une âme donc soit chargée de péchés, qu’elle ait tous les défauts imaginables, qu’elle ait épuisé tous les moyens de se corriger de ses vices et de pratiquer la vertu et n’ait pu avancer d’un seul pas dans le sentier du bien, qu’elle se soit au contraire enfoncée plus profondément dans la fange du péché, ce n’est pas une raison pour désespérer de la bonté de Dieu, jeter les armes et abandonner les exercices spirituels. Elle doit, au contraire, redoubler de courage et combattre généreusement : elle doit savoir que la victoire est promise à ceux qui persévèrent dans la lutte et mettent leur confiance dans le Seigneur.

Si Dieu permet parfois que ses soldats soient blessés, jamais Il ne les abandonne. Combattre, c’est là tout le secret de la victoire. Un remède est prêt pour chaque blessure, et ce remède guérit infailliblement ceux qui cherchent le Seigneur et espèrent en son secours. Le jour qu’ils y penseront le moins, ils trouveront leurs ennemis étendus à leurs pieds.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Commentez cet article !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :